La Ferme de Gaïa

Coronavirus, confinement, et sécurité des biens et des personnes

Alerte Coronavirus ?

 

Les sept premières leçons à tirer de la crise du coronavirus - Le ... 

Je suis personnellement bien moins effrayée par ce fichu virus à l'origine incertaine que la par la crise économique qui va suivre et signe sans doute la fin d'une époque - pas forcément si heureuse que ça d'ailleurs !

L'image est énorme ? Le truc aussi d'ailleurs ..... Non je ne vais pas vous signer un truc conspi ou complotiste, c'est aussi inutile que sans intérêt, mais je regarde ces temps arriver, sans doute différent, depuis ma petite ferme qui  m'occupe assez pour oublier le confinement .....

Quoi de neuf sur ce virus ?

Il tue de façon ciblée (les chauve-souris sont sélectives, tout comme le pangolin ....), les hommes de plus de 65 ans et les obèses hypertendus et diabétiques (soit le profil même de l'obèse d'ailleurs). D'une contagiosité redoutable, aéroporté, mais pas que, il n'est finalement que faiblement mortel sur la population lambda. Beaucoup de pros considèrent qu'il rejoint, en ce cas, les statistiques de nos grippes sévères.

Le débat fait rage entre les médecins qui soignent (soit la ligne de conduite du Professeur Raoult, mais pas que) et les médecins qui cherchent (et défendent l'idée de privilégier les études cliniques).

L'Italie commence à entrevoir d'autres pistes (notamment la thèse d'une action bénéfique des anti inflammatoires (oui je sais ????) qui préviendraient la tempête de citokines (soit la tueuse). Et de nombreux médecins soignent plus ou moins sans le dire (j'en connais) avec une seule antibiothérapie + solupred (et ça marcherait).

Une professionnel de l'Isère témoigne d'essais insuffisants, mais efficaces avec Zytromax et d'autres associent le Zytromax et l'Orelox.

Je vous invite à aller écouter la vidéo (et surtout à lire ses liens) de Silvano Trotta, qui, même si il profite de l'audimat, fait néanmoins des recherches astucieuses ........

https://www.youtube.com/watch?v=giyZvits7DU

 

Quant aux conséquences économiques, je vous conseille l'excellent Charles Sannat, du site Insolentiae.

C'est en confrontant toutes ces données, que peut-être vous passerez du Mouton au Sanglier, animal nettement plus libre et moins facile à abattre que le premier, et, en tant que micro fermière, je sais de quoi je parle ..... Bien que nos chasseurs soient passés au stade Collabo, préférant tirer sur papier le promeneur impénitent que la gallinette centrée traditionnelle !

Bref .... N'ayez donc pas si peur, ou regardez bien d'où vient la tempête et comment elle va souffler.

 

Très choquée

Je suis choquée du comportement de mes concitoyens, de mon gouvernement, de la situation ....

Bien que ce site soit apolitique, j'invite ceux et celles qui ont encore un peu de matière grise au milieu des oreilles, à réfléchir aux sinistres ressemblances entre ausweis de 39/45 et attestation dérogatoire, entre dénonciateurs zélés et collabos, voire entre chasseurs et collabos. Et sans doute bientôt, entre la malheureuse étoile jaune et le papier de quarantaine qu'il faudra peut-être afficher sur la voiture ????

Vous me répondez que le virus est dangereux et qu'il faut privilégier son éradication ? Ah oui .... Mais qui a attendu (sagement, y compris en nous faisant la promotion des riches touristes chinois au 20h) que le virus déraille complet avant de prendre des mesures ??? Aurait-on mieux fait pour "faire péter le pont" ?

Quid de ma soeur Sophie, soignante, à qui l'on a dit au début qu'elle devait travailler, même atteinte, parce que défaut de personnel ? Depuis bien entendu les choses ont un peu changé, mais trop tard et environ 40.000 vieux ont levé les bottines. De la place en EHPAD.

Quid de l'interdiction d'hydroxichloroquine le 12 Janvier alors qu'elle est utilisée depuis 50 ans ? Avant même que le virus ne débarque officiellement.

Quid de la condamnation à mort économique de millions de gens, et de la famine de sans doute plus de 10% des terriens ?

Alors la peur, me concernant, vous pouvez vous la carrer où je pense.

Ce matin, je fais mes courses. 90% d'une population apeurée, vous regardant comme le chien qui arrive chez le véto pour se faire piquer, mais qui vient tous les 3 jours à l'hyper parce qu'il ne peut pas renoncer à ses frites surgelées ? Ou à ceci/cela ? Je ne vous parle même pas de ceux et celles qui font des stocks in extremis de Papier H, pâtes et riz, les mêmes qui, 1 mois avant, vous riaient au nez lorsque vous leur affirmiez qu'avoir 15 jours d'avance semblait pas mal ...

La peur ? La prudence oui, sans doute, mais de là à regarder chacun comme si il était LE contaminateur qui allait mettre fin à votre belle existence de mouton confiné et bientôt tondu de surcroit !

Tenez, pour finir ce chapitre par la chronique du village ! Mes voisins font la tronche, ils savent que je loge une soignante, mais ils vont discuter avec l'autre voisine qui crache sa toux sur le trottoir en échangeant avec Monsieur le Maire, peut-être sur leurs symptômes respectifs  ? Prostate contre covid ? C'est de l'humour. Je ne me permettrais pas.

Je ne vous parle pas des mots demandant aux infirmières de se garer ailleurs, ou de déménager, aux homosexuels de disparaitre.

Ce Virus est un appareil photo de l'âme des Français, et la diapo n'est pas chouette. Certes vous applaudissez à 20 heures.

 

Le Confinement

Je confine, tu confines, il confine ..... triste contine d'un printemps étonnant où l'on nous interdit d'aller voir les bourgeons verdoyants de nos sublimes forêts, mais ou l'on autorise les joggers à courir par centaines entre 19 et 20 heures ?

Je suis sidérée par des mesures telles que l'interdiction de sortir ses chevaux sur les chemins (il faut pourtant bien les sortir) ou de se déplacer pour la seule bonne raison de leur porter de l'eau sur une parcelle éloignée du domicile.

Sidérée, mais consciente que les campagnards que nous sommes sont des privilégiés vis à vis des citadins enfermés, parfois avec un conjoint non aimé, violent, ou une tripotée de gosses que l'on aime encore plus lorsqu'on n'est pas contraints de se les farcir toute la sainte journée !

Je ne comprend pas non plus que l'on confine des bucherons (plusieurs bucherons, à côté de chez moi, surpris à bucheronner) à 135 euros par tête de pipe, tandis que mon voisin, largement malade, sort faire ses courses à l'hypermarché du coin, sans la moindre protection, et tousse à côté de la caisse, sans vergogne ni remord (son épouse et lui sont testés positifs). L'hypermarché me semble être bien plus dangereux lors d'un usage immodéré, que le bucheronnage.

Mais l'on nous répond alors que l'hospitalisation qui guette l'accidenté met en danger à la fois les urgences (effet saturation) et tout le monde, donc que nous devrions confiner en paix devant netflix ou pornhub (qui aurait fait des prix promo) - sauf à se faire une tendinite de la main directrice ..... - Ah les anti inflammatoires ......

Donc, me voilà ébahie à entendre un reportage de plusieurs minutes sur une chaîne d'infos réputée, sur l'art de peindre une fenêtre pour se distraire, tandis que l'économie agonise et que les petits entrepreneurs crèvent la dalle, ou que la voisine de 87 ans, Mémé de son petit nom, se fait trucider au Rivotril après avis médical de non priorité. Avez-vous pensé à dire au-revoir à Mémé avant que l'infirmière ne passe et téléphone à son médecin généraliste pour requérir le droit de procéder à l'injection sans doute létale parce que Mémé se plaint d'avoir un peu de mal à respirer ?

Non, le confinement est assez débile ..... sous sa forme Française. Mais j'assure la propriété de mes propos.

 

De retour à la ferme : quoi cultiver, quand ? Choix stratégiques

 

91968877 263138298055444 3650727325495984128 n 

L'heure du planning de printemps et d'été :)

Ici nous avons choisi la communauté restreinte avec ma soeur, ses enfants (ma soeur Sophie est soignante et donc je garde les gosses), ainsi que mon woofer, Aurèle, mec adorable et efficace s'il en est qui a été adopté par tout le monde, puis enfin ma fille Jade, 21 ans, étudiante en télétravail en fac d'histoire. Nous sommes 6 et oeuvrons tous ensemble à élever les animaux, préparer les potagers, ainsi que s'organiser une vie agréable sur les 3 hectares de base de l'association. Nous sommes heureux, sans idéalisme, simplement à savourer le soleil, l'amitié et la qualité de vie simple, mais agréable. Vivre en communauté demande des efforts d'adaptation, mais ils sont très loins d'être compliqués si chacun fait sa part de chemin vers les autres.

Vous trouverez sur le site de survivre au chaos, mon article chez Pierre Templar, qui détaille très bien le truc. Communauté or not ? C'est une affaire de choix, mais en agriculture, c'est un choix souvent très pertinent :

http://survivreauchaos.blogspot.com/2020/02/la-survie-communautaire-vraie-ou-fausse-solution.html

Ayant souvent vécu en grande famille (plus de 10 personnes à table), ça ne me pose pas de problème et je trouve que le confinement est une chose très triste lorsqu'on est seul.

Ici, plannings donc ...... si vous agrandissez l'image, vous verrez que mes potagers sont numérotés : 2 serres,  6 carrés en hauteur, 26 bandes (buttes façon permaculture et électroculture) et que cette année, j'ai favorisé, quantitativement parlant les légumineuses et les pommes de terre, en cas de pénuries, même s'il n'y en a aucune.

De quoi va donc être composé mon "p'tit jardin" ? :

  • Tomates sous serres (mais pas plus de 40 pieds de coeurs de boeuf et d'andine cornue), tabac sous serre pour usage familial
  • Carottes, radis et salade Roquette pour la fraicheur
  • Betteraves crapaudines et miel (en boules jaunes)
  • Epinards et Bettes pour la verdure
  • Légumineuses richissimes : fèves de plusieurs espèces
  • Nombreux cucurbitacés dont le potimarron, la courgette spaghetti, la courge maxima et le potiron géant : tous se gardent et présentent un intérêt calorique certain
  • Grands classiques à taux de protéines végétales intéressant : haricots, pois etc....
  • Les indispensables pommes de terres pour un prévisionnel de 400 kilos

Voilà, c'est tout et ça suffira. Sur plus de 1.000 m² de bandes et terrain enrichi en "lasagnes" (soit différentes) : couches carbonées, azotées, fumier de cheval, de poules et de moutons (en moindre proportion pour les poules et les moutons), un travail commencé cette année en Juillet 2019 avec remise en ordre de 100% du terrain cultivable !

J'ai privilégié les légumes qui apportent "à manger", mais sans omettre les pourvoyeurs de fibres, minéraux, vitamines etc.... Mes graines viennent majoritairement de chez Kokopelli, bien entendu sans hybrides (F1) ou de ma propre production.

Cette année, nous avons investi sur 3 éléments :

  • 1 système d'arrosage par asperseurs Mankind à tête bleue (13 mètre d'aspersion pour 0,4 m cube/heure) et pompe immergée dans un puits. L'arrosage sera donc peu couteux et facile.
  • 1 système de travail hippotracté récent (labours and co) pour lequel nous avons 4 chevaux dressés (1 comtoise, très forte, 800 kilos, et 3 irishs cobs montés et attelés, polyvalents), photos à venir, mais j'ai manqué de temps .....
  • L'électroculture avec antennes de zing sur piquets en cuivre et fil conducteur orienté Sud/Nord sur chaque bande

Les gros travaux demanderont donc moins d'efforts. Sans dépendre à 200% des moyens étatiques chers (l'eau courante), ou des moyens mécaniques pannables (tracteur and co). Je garde le groupe électrogène (diesel, carburant qui se garde) et le carburant pour un usage limité à l'aspersion par exemple (soit 1 heure par jour tous les 5 jours en pleine saison, pour ordre d'idée)

Sugar 01 

Sugar Cube, Irish cob en pleine roulade dans l'herbe fraiche, montée, attelée, hippotractée, elle pourrait même faire le café :)

Quand ?

J'ai vu des amis la semaine dernière qui pensent planter leurs légumineuses dès maintenant sous nos lattitudes. Personnellement, souhaitant assurer vraiment la quantité et la qualité des récoltes, je ne prend pas de risques et sèmerai directement en terre au 15 Mai. Les semis sous serre sont fait depuis 1 semaine et sont en début de germination. Les semis en carrés de jardin et sous voile de croissance sont faits à moindre risques (carottes, radis, betterave et roquette).

Je surveille tout ça comme le lait sur le feu et pire encore .... ayant déjà la main sur le purin d'ortie d'un côté, et sur le souffre ou la bouillie bordelaise de l'autre ......

Comptez 8 à 15 jours pour la levée des semis, en fonction de la température et hygrométrie (ne semez pas dans une terre à moins de 15, voire 18°C, sauf espèces bien spécifiques)

 

Les fruitiers

Nous avons planté plus de 60 fruitiers en 2019 (dont certains très petits comme des framboisiers intéressants, d'où la quantité)

  • Pommiers
  • Pruniers
  • Chataigners
  • Pêche de vigne
  • Kiwi
  • Kiwai
  • Roncier domestique
  • Baie de mai
  • Framboisiers
  • Casseille (hybride cassis/groseille)
  • Figuiers
  • Cerisiers
  • Vigne (modèle grimpant et rustique), dont une sous serre qui occupera l'espace haut

Rien d'extraordinaire dans ces choix d'espèces bien de chez nous pour la plupart, ou réputées productives/rustiques/résilientes (comme nous) et qui vont produire dans quelques mois à quelques années. D'ailleurs je suis agacée (parfois) par ces youtubeurs fameux qui vous font la promotion d'espèces rarissimes et exotiques réservées à des conditions climatiques parfaites. Choisissez de l'habituel pour 80%, de l'original pour 15%, du rare ou du compliqué pour les 5% restant.

 

L'élevage

Nous gardons le traditionnel trio gagnant pour l'alimentation

  • La poule (95% oeufs et 5% viande)
  • Le mouton (50% viande 50% lait)
  • Le lapin (viande)

Nos chevaux ne sont là que pour notre usage et ne seront jamais consommés.

Notre cochon domestique assure la garde de la branche Ouest de la maison et se montre féroce avec les inconnus qui ne se présentent pas ....

Il y a de l'aléatoire, que ça soit pour les légumes ou l'élevage, mais nous choisissons de conserver un peu de diversité pour nous sécuriser .....

Et nous avons déjà 3 gros noyers, pour les pommes je privilégie les espèces qui se gardent au séchage et j'étale dans le temps la production. Bien entendu nous en avons pris pour quelques années avant que tout ne produise .... Mais nous avons déjà pas mal de trucs classiques en place ...

 

Je vous ferai des photos de tout à peine plus tard : je cours partout et c'est bien assez pour le moment ......

Pour tout ça, j'ai 3 hectares + 4 loués

 

La sécurité .....

Ah, voilà un chapitre que j'ai peu traité jusqu'à présent.

Mais les temps changent et le comportement des hommes n'est pas glorieux en temps de crise, ça vole les moutons, ça tue parfois des vaches en plein pré, les légumes disparaissent.

Les petites fermes comme la mienne craignent plus le "renard à 2 pattes" que le Renard tout court.

Le contexte ne se prête pas aux rapports de confiance. Je ne compte plus les visites étranges et les regards par-dessus la clôture. Les gens aimables le sont parfois moins, d'autres, méconnus, s'ouvrent, rien n'est vraiment habituel. L'anxiété est un ferment qui a vite fait de faire tourner le lait ou s'aigrir les fruits.

Je renforce donc mon système de sécurité de plusieurs façon, certaines dont je ne vous parlerai absolument pas, préférant laisser la surprise aux voyageurs de la nuit qui oseraient oser ! Pour le reste, à la petite ferme nous privilégions 2 ou 3 méthodes classiques :

1°) Le tour de garde, y compris nocturne lorsque ça s'impose

2°) Des animaux rapprochés de l'habitation pour la nuit

3°) Un terrain potager entièrement masqué, ce qui ne se voit pas aiguise moins les appétits imbéciles 

4°) Les animaux gardiens :

          A : Le cochon domestique : il charge, mord, arrache, grogne terriblement et n'a peur de rien à moins que sa peur ne le rende féroce

          B : Le chien de garde : il prévient, garde les moutons (car c'est aussi un Berger), protège

Quel chien pour quelle garde ?

J'ai eu personnellement plusieurs races, dont une merveilleuse Cane Corso qui me manque toujours plusieurs années après sa mort (Cancer) - parfaite, elle était parfaite (mais ils sont très loins d'être les meilleurs bergers) - Le Cane n'est d'ailleurs pas du tout recommandé pour le travail sur le bétail

J'ai eu une merveilleuse Dogue du Tibet, dotée de toutes les qualités, mais là aussi, il s'agit de souches à la Française, qui ont, le plus souvent, perdu leurs qualités d'origine, à savoir le travail sur le bétail dans les villages perchés de l'Himalaya. Ce sont maintenant devenus des chiens de salon, très esthétiques, avec parfois un fort caractère, mais peu de motivation pour se glisser dans un rôle discipliné.

J'ai eu une croisée "porte et fenêtre", chien de berger et autre chose, adorable, efficace, qui a vécu toute sa vie de chien avec moi à cheval.

Globalement, il existe souvent une différentiation claire sur le marché :

  • Chien de garde
  • Chien de travail
  • Chien de stricte compagnie

Le premier n'a pas forcément de qualité pour la surveillance du bétail, voire il le  boufferait bien. Le second n'est pas toujours un défenseur solide - tel le Border Collie, qui n'a pas son pareil, bien éduqué, pour guider le troupeau, mais qui ne fait pas toujours l'affaire face à un loup. Le troisième peut faire un peu de garde naturelle, rarement travailler, quoique .... Ma chihuahua pousse très bien les moutons !

Pour des raisons pratiques et avec une population de loup qui prend 20% tous les ans dans le Jura (et des meutes bien constituées dans le Doubs), je fais donc le choix, j'ai fait le choix d'une race solide, tenace, et réputée : le chien de berge d'Asie Centrale. Bien que l'espèce soit nouvelle pour moi, mes 2 chiots, un mâle et une femelle, sont surprenants : calmes, adaptables, à l'écoute, y compris de leur prénom, marchant sans laisse au pied (mais oui, sans dressage), attentifs à leur environnement et plutôt très silencieux. Comme c'est bon de dormir avec eux à la belle étoile ..... les sentir là, tout contre moi, dans un sommeil qui n'ôte rien à la fonction de garde, mais aimables avec leurs moutons, vivant en paix avec chevaux et poules.

Il existe plusieurs races de chiens de Berger qui "vont au loup" ou à l'Ours. Des Courageux, éduqués, mais non serviles. Des amis, et non des "salariés". Reste à savoir qui est le patron tout de même, mais en matière d'élevage, c'est un peu souvent ça quand même.

Je vous mets quelques photos, pas toutes récentes, de mes gardiens/bergers lorsqu'ils sont arrivés :

93117204 1452851584921897 2018353828453154816 n 

A moins de 3 mois, tentant d'avoir l'air féroce :)

 

93208806 677321039504385 1203494757402148864 n

Avec une brebis Manech à tête rousse curieuse

 

93650673 307496683550835 4228312985568804864 n

Un air décidé et une vraie personnalité

 

93315096 709997853160717 563338965789179904 n

Des moutons et des chiens .......

 

Voilà maintenant le site de l'éleveur : Legend of Kangall

https://thelegendofkangal.chiens-de-france.com/berger-asie-centrale.html

Alabai, plus qu'un simple chien, une passion 

Sublime sujet adulte au regard profond, qui trahit un esprit vif, capable d'indépendance, autant que de protection

Au moins, si nous avons commencé cet article par la marque de mon désarroi face à la crise actuelle, le terminerons nous par cette note d'espoir : nos merveilleux amis animaux ! Vous devinez ma passion pour mes amis à 4 jambes ou 4 pattes (chevaux ou chiens, et chats, mais pas que).

Si la crise qui s'en vient nous amène à une relative insécurité, au moins morale, mais parfois matérielle immédiate, la campagne a toujours su s'entourer de protections diverses et variées, depuis l'agriculteur revêche qui tire au "gros sel" (voir pire) à celui qui laisse ses oies le prévenir, en passant par nos redoutables chiens de ferme et bien d'autres choses croustillantes.

 

En conclusion :)

La crise vient, mais attendons là de pied ferme, comme nous savons le faire, avec courage et détermination. Et non pas peur ou lacheté.

 

(voir mes précédents articles, notamment sur la collapsologie et la ruralité)

 

coronavirus;covid-19;survivalisme;fin des temps;fin d'un temps;autarcie;crise économique;krach économique;récession;vols;cambrio

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !