Créer un site internet
La Ferme de Gaïa

Woofing ! Mode d'emploi, richesses et limites

Woofing : un mode d'emploi particulier !

 

Pardon pour cet article sans photo : souci informatique que je corrigerai dans les jours à venir ....

Mouvement international et rural, le woofing est difficile à décrire sur le plan légal, pour illustrer le propos, voici ce qu'en disent le site woof.fr et la MSA :

  • http://docs.wwoof.fr/documents/declaration-fr.pdf
  • https://www.msa.fr/lfy/embauche/wwoofing

Ni formation (ce n'est pas le but), ni "travail", certains, dont le site woof france, n'hésitent pas à dire que ce sont, en quelque sorte, des vacances potentielles.

Recadrons tout cela .....

1. LES BASIQUES

1) Il vous faut une assurance R.C. (responsabilité civile) pour l'accueil de vos woofeurs et il leur en faudra une à eux aussi, chacun pouvant causer des dégâts su l'autre ou ses affaires

2) légalement, et bien que la législation vous répète à l'envie que ce n'est pas un travail, le woofeur doit 20/25 heures hebdomadaires d'implication à son hôte, le reste du temps lui appartient, même si il participe aux tâches courantes : débarasser la table, faire à manger en communauté par exemple

3) en échange, le woofeur est logé/nourri/blanchi dignement et dispose du reste de son temps pour se reposer, vadrouiller, s'informer ou faire ce qu'il veut. En échange également, vous vous engager tout de même à communiquer sur ce que vous faites afin que l'on puisse parler d'enrichissement

 

2 LE POINT CRUCIAL

Les fameuses 20/25 heures et le logement .......

La loi stipule qu'il n'y a aucun lien de subordination entre lui et vous, que vous ne lui demandez rien et surtout ni horaires, ni contrainte. Si on pousse mémé dans les orties, le petit woofeur arrive chez vous, milieu rural qui nécessite l'adaptation à mère nature : nourrir les animaux, arroser, désherber, et il choisit de faire la grasse mat ???? Et bien théoriquement oui.

Et que veut dire logé/nourri ??? J'ai entendu parler de logements qui sont une place dans une tente ? Quid du chaud ou du froid ?

Parce que le woofing, ce n'est ni du camping à la ferme, ni vraiment des vacances à 100% : il y a donc un différentiel de 25 heures à peine flouté par la MSA qui fait la chasse au travail au noir. Ce que ça ne doit pas devenir en théorie

 

3. COMMENT CA SE PASSE POUR DE VRAI

Vu les flous vous imaginez le différentiel possible !!!

*** Le pire : 40 heures de travail hebdo, dur et laborieux, en échange d'une bouffe modeste et d"un logement en caravane pourrie par temps glacial, un woofeur qui bosse seul la plupart du temps et apprend au moins une chose : c'est dur la vie rurale ....

*** Le meilleur  pour le woofeur : la super glande et la chambre d'hôte gratos, réseau wifi et méditation guidée en prime, randonnée en campagne avec les beaux bâtons de marche que sont devenus les poils dans la main.

Caricatural ? Non : ce sont des anecdotes vraies (pas chez moi)

 

4. COMMENT CA DEVRAIT SE PASSER IDEALEMENT

Le woofeur est accueilli, logé dignement (soit normalement le même niveau de confort que tout un chacun ! Si vous êtes en mobil home, lui aussi, mais si vous habitez le château, lui aussi), nourri comme vous à votre table et a accès aux sanitaires librement, vous lavez son linge sali par les circonstances agricoles et veillez à ce qu'il ne manque de rien, j'oserais ajouter en "bon père de famille" .....

En échange, il vous donne 20/25 heures de son temps, que vous employez là où ça vous est utile, mais en respectant 1) son manque de compétences 2) le fait qu'il n'est pas un larbin ; mais il est bien évident et il faut le dire, voire le répéter que 1) vous devez lui donner des instructions et que 2) dans une exploitation, il y a des horaires non discutables et des contraintes incontournables.

Je vous donne un exemple :

Les gens viennent souvent chez moi à cause de la pluralité des activités (élevage et perma), mais les soins aux animaux se font à 8 heures. Parce qu'à cette heure, ils ont potentiellement faim et soif. Et si il faut ramasser les noix, c'est ramassage des noix, parce que dans 15 jours, les noix seront foutues. Le lundi, on fait 2 heures de ménage (et rien de plus), le dimanche tout le monde est prévenu que y'a pas de grasse mat, parce que les animaux existent toujours. Est-ce bien ou mal ? Je ne sais pas, mais est-ce rendre service à un jeune qui rêve de faire son écolieu, que de lui laisser croire que ses lapins s'abstiennent d'avoir faim et soif le dimanche ? Et que si il n'a pas envie, il pourra repousser au lendemain ce qui est à faire ? Pas dans le monde rural en tous cas.

La contrepartie :

Si 1) il tolère vos instructions et que 2) il avale ce qui est tout de même une tâche à accomplir, 3) il ou elle ou le couple est traité comme l'enfant de la maison. Vous parlez, vous informez, vous profitez des mêmes bonus (apéro en commun, profit des installations), il mange le même dessert que vous et ne se retrouve pas livré à lui même (des heures durant) à une tâche exécrable comme de nettoyer les étables, pendant que vous faites un truc plu cool, vu que vous en avez ras le c*l de faire vos étables.

Il ou elle bénéficie également d'une large information qui, si elle n'est pas de la formation, lui permettra de bénéficier d'un "retour d'expérience", afin de pouvoir copier/coller certains éléments plus tard, par exemple. Et il profite de son temps libre pour faire ce qu'il veut !

On marche tout de même sur le fil du rasoir ..... et il va y avoir des blessés vu que l'ampleur du mouvement qui se développe de plus en plus à mesure que la nouvelle génération s'aperçoit que sa position n'est pas facile dans ce monde.

Ce qu'il faut éviter :

  1. L'accident : ne jamais faire prendre le moindre risque à un woofeur. J'ai souvent la demande pour monter à cheval, ce que je refuse sauf cavalier expérimenté, car le risque "0" n'existe pas et je n'ai pas de diplome d'instructeur à ce titre. J'évite aussi toute forme de manipulation difficile, lourde, coupante, etc....
  2. La fâcherie due aux excès que ce soit dans un sens ou dans l'autre. C'est assez facile à éviter à condition de communiquer en amont.

 

5 LES AVANCEES DU MOUVEMENT

Grâce, entre autres, à la page facebook de woofing Français, mais il existe de nombreuses portes d'accès outre l'incontournable woof.fr (très bien foutu, mais payant, 35 euros la première année), de très nombreux Français de tou âges se lancent dans le woofing et en font parfois un mode de vie !

QUI SONT LES WOOFEURS

Parfois des nomades de 2 types :

  • En camion, ils se garent, échangent l'eau, l'électricité, la bouffe et un peu de confort sanitaire contre un coup de main
  • Chez vous et ils circulent toute l'année d'une ferme à l'autre

Est-ce encore du woofing ? Je ne sais pas répondre, mais ça rend service à tout le monde .... le tout étant de le préciser avant l'arrivée du contrat exact !

Les autres woofeurs

  • Une autre partie des aspirants woofeurs sont des jeunes? étudiants ou non, aspirant à une année sabatique, dans le cadre d'un projet ou non, et qui "viennent voir", ils sont donc jeunes, tout à fait innocents (souvent) de la rudesse du monde rural.
  • Un petit bout sont plus ou moins idéalistes et rêvent d'un mode de vie heureux, sobre et paisible, ils viennent essayer de le trouver chez vous, et peuvent être comblés, surpris, déçus ....
  • Il y a aussi des ex salariés qui ont tout quitté par ras le bol et cherchent un bol d'air
  • Des gens qui réfléchissent à une reconversion professionnelle et viennent saisir un retour d'expérience
  • Des chômeurs dans la merde et qui étudient toute solution
  • Des petites familles qui cherchent des vacances gratuites sur un écolieu en échange d'un coup de main car ils ne pourraient pas se payer des vacances en gite
  • Liste non exhaustive .....

Et d'autres encore qu'il faut tout de même signaler

  • Les squatteurs ..... en mal de logement facile contre pas trop grand chose, le moins possible à vrai dire
  • Les cigales, pour la période d'hibernation
  • Les branleurs qui attrapent de l'urticaire quand vous parlez boulot
  • Les sans-gênes qui vadrouillent du frigo au placard à gâteaux
  • Les gigolos (si si .... du vécu !)

QUI SONT LES HOTES

Il s'agit d'entrepreneurs (au sens large) dans le monde rural ; ça va de l'association de protection environnemental (c'est mon cas) à la communauté en passant par l'agriculture tradi (même si bio), et en faisant un petit tour par tous les pojets alternatifs consistant à développer l'autonomie (c'est aussi mon cas) dans ce monde de fou. Le site Woof France parle de permaculture, agriculture bio et de tous ces projets respectueux de l'environnement permettant d'envisager un 21ième siècle sans trop de casse pour la planète ou pour l'homme.

On va donc de la fromagerie à base de lait de biquettes au maraîchage bio en passant par la construction d'un village schtroumph en kerterre (ce n'est pas une moquerie, il en existe des sublimes), ou bien encore le développement d'une communauté autonome en eau et électricité faisant à la fois sa viande et ses légumes. Mais vous trouverez aussi des apiculteurs, éleveurs de chevaux de traits à l'ancienne, constructeurs d'éco-villages, centres thérapeutiques basés sur la ruralité etc.....

La liste est longue et les intérêts multiples :

  • Des techniques de mraîchage (permaculture, microagriculture intensive, maraîchage bio, électroculture)
  • Des techniques d'élevage gros ou petit (biquettes, moutons, bovidés, chevaux, lapins, poules, oies, etc...)
  • Des techniques de production rurale (lait, produits laitiers, miel, viande, légumes) et de commercialisation
  • Des techniques visant à assurer l'autonomie (électicité, eau, alimentation, chauffage, construction)
  • Mais aussi des écolieux consacrés au ressourcement personnel : méditation, séminaires, thérapies, voire équithérapies
  • Parfois, et même souvent, ce sont, chez les alternatifs, des modes associés.

Dans mon cas par exemple, je travaille l'autonomie, et diverses thérapies, l'électroculture et la permaculture associées, ainsi que le petit élevage, et l'usage de chevaux de travail.

Qu'est-ce qu'un "bon hôte"

  • Avant même de le définir, je dirai que c'est quelqu'un qui va vous faire vivre ce qu'il a dit qu'il vous ferait vivre - autrement dit pas de surprise !
  • Mais de façon générale, il ne vous fait pas vivre ce qu'il ne voudrait pas vivre lui-même
  • Il devrait exclure ce qui représente un inconfort notoire : une chambre mansardée en pleine canicule à 39°C pour dormir, une tente par moins 10°C, une restriction sévère des sanitaires, des lieux malpropres et une alimentation insuffisante.
  • Il respecte le "contrat", même si celui-ci est partiellement verbal.
  • Il ne vous prend pas pour le salarié qu'il ne peut pas se payer - même si - il faut bien le dire - si vous ne rendez pas service, je ne vois pas vraiment pourquoi tout le monde vous entretiendrait à l'oeil

Tout cela n'en fait pas une personne ou une entreprise parfaite

 

Qu'est-ce qu'un mauvais hôte

  • Quelqu'un qui vous a volontairement induit en erreur sur ce qu'il vous propose, genre "ici c'est si beau, tout est harmonie" et conclusion des courses, vous avez porté 400 kilos de paille par jour pendant 15 jours.
  • Quelqu'un qui se réserve une vie douillette en vous proposant une vie très inconfortable (à mon sens)
  • Quelqu'un qui vous aboit dessus, donne des ordres et vous utilise de façon abusive
  • Quelqu'un qui vous laisse dans une solitude crasse, que ce soit pour accomplir des tâches ou le reste du temps, sauf si clause contractuelle particulière
  • A l'inverse, quelqu'un qui ne vous laisse pas un instant en paix

Je parle de quelqu'un, mais ce peut-être une communauté, une entreprise.

 

AUJOURD'HUI LE RISQUE DE DERIVE

Le mouvement du woofing n'est pas récent ! Mais il est resté, en France, longtemps confidentiel ! Les soucis économiques et les mouvements sociétaux actuels sont en train de fabriquer à la pelle des hôtes potentiels - qui ne veulent pas entrer dans une démarche risquée de création d'emploi - et des woofeurs - qui se demandent quoi faire dans l'avenir pour satisfaire ses besoins et être épanoui.

Le mouvement se développe donc à toute vitesse, avec, à la clef, pas mal d'exagération qui vont aussi faire leur coming-out !

  • Il est évident, et il suffit de lire entre les petites lignes, qu'un hôte attend d'un woofeur un véritable service !
  • Et il est évident qu'un woofeur attend d'un hôte qu'il lui apporte un potentiel de vie heureuse

Oublier cela, c'est faire l'autruche ! Tout le monde est content d'échanger, partager, alternativer et parler le soir venu, devant le feu de cheminée - mais il faut que le reste soit là !

Tout ou presque sera donc dans l'éthique des présents, la juste mesure et la communication préalable.

Je voudrais insister sur quelques portes ouvertes à enfoncer ...

1) Le monde rural, alternatif ou non, autonome ou non, est un monde rude sur le plan physique. On doit travailler pour que les choses se fassent ou se construisent. Donc le woofeur va, nécessairement, avoir la sensation de travailler.

2) Les hôtes ont souvent travaillé dur pour développer, que ce soit leur autonomie ou leur fermette, payer le crédit du matos ou de la maison, rendre l'endroit habitable et la terre productive. Alors pourquoi vous paieraient-ils vos vacances gratos sans un minimum de service en échange ? Par gentillesse ? Oui pourquoi pas, on peut aider ceux qui n'ont pas eu de chance, mais pourquoi sans contrepartie ? A partir de là, lorsque j'entend dire que le woofing est une sorte de temps de vacances .....

3) Je vais vous faire une confidence de sociologue :) (humour noir) : il existe, dans chaque couche de population, 5% de gens qui sont pour vous de sales cons (et vous entrez parfois aussi dans ce petit nombre), vous ne pourrez donc pas convenir à tout le monde ni que tout le monde vous convienne. Nous n'avons pas tous les mêmes souhaits, motivation, capitaux personnels de force physique ou d'envie de s'investir. Alors prenez la température avant de faire vos choix ! Oui, étudiez les candidats woofeurs avant de valider ou étudiez les candidats hôtes avant d'aller chez eux. Je suis, par exemple, très  travailleuse - par goût - donc le profil lent et peu dynamique me regarde comme une extra terrestre et inversement - sans qu'il n'y ait de coupable.

4) Vous êtes woofeur ? ALors oui vous allez sans doute travailler un peu en contrepartie de votre présence, car aucune entreprise ne peut traîner un boulet qui observe benoitement ses hôtes en restant assis avec son thé à la main

5) Vous êtes un hôte ? ALors tenez vous pour dit qu'un woofeur n'est pas un salarié : il arrive chez vous sans connaître grand chose de votre job et ne va pas travailler 12 heures par jour pour apprendre en logeant dans le tas de foin le soir venu !

Le cas du site de Woof France

Je suis adhérente et je trouve ce site excellent - mais non gratuit, même si c'est peu (25 ou 35 euros, beaucoup parfois quand on a presque rien), et une page telle que woofing Français complète très bien le truc car la communication est spontannée. Dans le temps, il sera certainement nécessaire de modérer en cas de propos désagréables (c'est peut-être déjà le cas).

Woof France a une communication claire et légale. C'est beaucoup.

Le Woofing et l'alternatif

On applaudit (presque tous) des 2 mains face aux inovations du monde alternatif. Mais l'idée de l'élevage des biquettes dans le Larzac pour fuir les contraintes du monde a fait longtemps rire les locaux qui savent que le Larzac en hiver, c'est moins drôle qu'il n'y parait ! Donc, quel que soit votre projet et son contexte (chômage, divorce, fin d'études, développement personnel, choix de vie etc....), ne croyez pas que vous allez vivre avec 0 contrainte ! Dans le meilleur des cas, vous les choisirez et sans doute pas toutes.

 

WOOFING ET : CHIENS, CHATS, CAMIONS, CARAVANES, ou ENFANTS

Voulez vous en parler dans les commentaires ? Ca serait bien justement !

Les enfants, il faut un peu les surveiller, les chiens, c'est génial, mais parfois ça fugue ou ça aboit ou ça fait des conneries, les camions, il faut les garer etc....... Même si tout ça, c'est la vie justement :)

 

CONCLUSION : WOOFER OR NOT WOOFER ?

Oui bien entendu ! Ce ùonde de partage est génial ! Je repense à ceux que j'ai croisé et que je n'oublierai jamais :)

Mais ce n'est pas à idéaliser ! Alors communiquez - communiquez !

La durée des contrats de départ (souvent 2 semaines) permet de ne pas trop prendre de risque en cas de déception ! 

Le woofing est une possibilité exceptionnelle (et encore tolérée par la MSA) d'échanger la possibilité de vivre une expérience intense contre le devoir d'y participer pleinement - et je dis ça dans les 2 sens !

Mais il faut développer sa patience, sa dispo, sa tolérance vis à vis de toutes nos différences........

 

 

 

 

 

 

 

woofing;woof.fr;écolieu;économie alternative

  • 1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.